Les lettres de 1804, à monseigneur l'évêque de Coutances, précisent qu'il n'y a pas de presbytère à Sébeville (peut-être fut-il vendu ou détruit lors de la révolution ?). On sait qu'en 1849, il y a de nouveau un presbytère, puisque le maire refuse d'en donner les clefs à l'abbé Genest. Pourtant en 1852, un procès verbal du conseil municipal propose de reconstruire un nouveau presbytère, avec pour simple justification,  « puisque tel est notre ban plaisir ». Mais, si la décision est prise en 1852, les travaux ne débutent qu'en 1863.


TABLEAU_2

 

Ainsi, on voit que la commune de Sébeville investit presque 5000 Francs dans un nouveau presbytère. Ce presbytère est assez modeste. En effet, en 1864, le presbytère du Houle (St Nicolas près Granville) est estimé à 18876 francs.

Plan du presbytère de Sébeville.

presbyt_re